IRL – In Real Life

Un design d’exposition qui fait écho aux théories du design radical et de l’architecture expérimentale, selon lesquelles il est nécessaire de focaliser son attention sur l’humain au détriment du matériel : « less on stuff, more on people ».

Dans un décorum aseptisé, le visiteur est inviter à aller à l’encontre de ses habitudes et de venir utiliser et toucher les oeuvres d’art.

 

 

Photo  frames mockup

The Story

« PLEASE TOUCH THE ARTIFACTS « 

« PLEASE TOUCH THE ARTIFACTS « 

« PLEASE TOUCH THE ARTIFACTS « 

« PLEASE TOUCH THE ARTIFACTS « 

OBJET : VECTEUR DE CHANGEMENT

La nature d’un objet a toujours été liée avant tout à sa fonction. Déjà à l’époque des premiers hommes, la création d’outils tranchants pour la chasse répondait à nos besoins de survie. De nos jours, les objets se comptent par milliers, créant de nouveaux besoins inscrits dans notre société actuelle. Dans les années 1960-70, le courant contre-culturel rompt avec ces codes et réinvente le rapport entre l’objet et sa fonction : la fonction découle de la forme de l’objet et non l’inverse. La matière est l’essence même de l’objet. La fonction devient alors subjective, chaque individu se l’approprie et définit son utilisation.

Ce postulat fait écho au paradoxe qui résulte des théories du design radical et de l’architecture expérimentale, paradoxe selon lequel il est nécessaire de focaliser son attention sur l’humain au détriment du matériel : « less on stuff, more on people ».

Celui-ci s’inscrit dans l’optique de libération de l’Homme, propre au mouvement de la contreculture de ces années-là. Cette volonté de vouloir recentrer l’individu au coeur du design et de l’architecture se matérialise à travers la remise en question de l’usage de l’objet ou d’un espace, en fonction de son propre besoin. Ainsi, il s’agit d’explorer et de réinventer continuellement son espace, ses objets et surtout, son monde.

Les objets deviennent des outils d’émancipation et de réflexion sur l’individu, et sur son rapport à l’environnement. Il ne s’agit plus de considérer l’individu comme consommateur, mais comme explorateur. L’explorateur du monde qui l’entoure, entre possible et impossible, et l’explorateur de lui même, entre imaginaire et besoins. L’individu remet alors en question tous les acquis avec lesquels il vit, envisageant de nouveau la notion de changement.

Bienvenue dans ce laboratoire.

Crédits :

Direction artistique : Alix Le Clercq, Lou Renaud, Madelaine Bruneau, Stacy Dolbeau 

IMG-8133